Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
23 septembre 2016 5 23 /09 /septembre /2016 19:04
262 Handicap International se mobilise.

Le samedi 24 septembre Handicap International tente de réveiller le monde par un symbole fort : des pyramides de chaussures. En effet à quoi sert une chaussure si des mines sournoises vous explosent une ou deux jambes ?

Pour participer à ma façon je vous offre deux poèmes ci-dessous. Je participe aussi au travail de l’antenne de Valenciennes.

Pour répondre à un détracteur qui s’est manifesté sur ma page Facebook, je signale que les ¾ de bénévoles d’Handicap International ne sont en rien handicapés et s’il y a des handicapés qui sont bénévoles dans cette association ce n’est pas pour autant « une organisation plus ou moins pacifiste qui utilise des handicapés civils (donc sans rapport) à des fins politiques ... »

Handicap International

Handicap International

Parce qu’il n’y a rien de fatal !

Combattre les BASM :

Interdiction que les pays les sèment

Pour que jouent les enfants

Sur leurs jambes offertes en naissant,

Qu’ils puissent aller à l’école

En courant comme l’oiseau qui s’envole.

Mine, animal tapi

Sous un doux et attirant tapis,

Prête à se jeter sur sa proie.

Si elle est caressée, elle broie

Membres et chairs.

Armes qui, pour l’ennemi, ne coûte pas chers.

Ennemi lointain, tranquille chez lui.

Là où il est passé, il a laissé la nuit.

Il continue à tuer, doigts de pieds en éventail,

Des enfants fragiles comme fétu de paille.

Il y a danger pour qui s’amuse

Pendant que l’ennemi sirote son verre de Suze.

Ignoble lâcheté,

Jambes et bras déchiquetés.

L’ennemi fait une belote,

Sifflant quelques joyeuses notes….

Avec Handicap International les démineurs

Risquent leur vie à chaque heure ;

D’autres informent,

Décrivant les engins aux mortelles formes ;

D’autres encore, les kinés,

Réparent les blessures dues aux terrains minés.

La plupart, bénévoles dans leur pays,

Racontent, informent, proposent de combattre les armes haïes.

Chemin long, difficile mais beau :

Ottawa … Oslo …

Des pays reconnaissent la bassesse des armes,

Vont-ils mettre en actes leurs larmes !

Afin que les enfants retrouvent la joie,

Que les hommes retravaillent sans craindre le renvoi.

Ce n’est pas le moment d’arrêter

Ce combat entêté.

Handicap International

Parce qu’il n’y a pas de point final !

............................................................................................................................................

Mines anti personnelles.

L'enfant virevolte plein de vie

Comme un oiseau ravi

Il court, saute et rebondit

Comme son ballon aux couleurs de paradis

Le chemin de poussière et de pierres

Porte encore les marques de la guerre d'hier

Mais hier c'est du passé

Aujourd'hui c'est l'enfant et son rire éclaté

Le ballon roule et entraîne le joueur

Dans des rêves pleins de joie et sans peur

Elle est loin la guerre des grands

C'est un souvenir sans lieu et hors du temps

Elle est encore là pourtant, sur le chemin

Sournoise, aveugle et sans fin…

Et le ballon s'arrête

Et l'enfant s'apprête

A shooter

Pour marquer

La terre explose

Le pied implose

Guerre de lâches

Armes mises en cache

Mises en terre

Pour faire durer la guerre

Pour que la paix s'enterre

Non. Vraiment. On ne peut se taire.

262 Handicap International se mobilise.
262 Handicap International se mobilise.
Repost 0
16 septembre 2016 5 16 /09 /septembre /2016 15:48
261. Bateau sur l’eau. (1)

Le bateau vogue sur la mer,

Commence la galère.

Une centaine

Tous dans la peine.

Ils risquent leur chance

Dans le silence.

Hommes, femmes, enfants

Que le sel de la mer pourfend

Ils quittent la Mauritanie

Pour eux la vie y est finie.

Ils naviguent vers l’Espagne

Appelé pays de la gagne.

Le vent se lève,

Rompt la trêve.

Des nuages sort le son

De meurtriers canons.

La mer grosse enfante

D’énormes vagues géantes.

Le bateau s’enfonce

Percé par mille ronces.

L’imagination s’envole

Pour fuir cette geôle.

Le passeur crie :

‘Il faut faire le tri !’

Le bateau trop lourd

S’enfonce dans la mer de velours.

Petite coque de noix

Au secours ! les hommes se noient !

Pour sauver enfants et femmes

Se noue un drame.

Comment choisir les malheureux élus

Qui offriront leur salut ?

Lorsqu’on désigne les volontaires

Chacun préfère se taire.

Devenir sauveur

N’a pas de saveur.

Dix hommes désignés par un mauvais sort

Eurent comme avenir la mort.

Mourir pour sauver des vies

Ne fait guère envie.

Ils acceptèrent pourtant

De partir avec le printemps.

Les autres échapperont à la mer

Mais vivront un interminable hiver.

Ils furent jetés par-dessus bord

Ceux dont le sort était la mort.

Les flots

Etaient leur lot.

Bateau sur l’eau qui vogue vers la terre

Grâce aux hommes qui se sont offert à la mer.

Echange de mort contre vie

Blâmé par les érudits.

(1) C’est arrivé au large de la Mauritanie. Juin 2012

…………………………………………………………………………………………………

Le petit Nicolas

Sarko fait rouler ses petits biceps mais il est vite essoufflé. S’il veut mettre des gens en rétention comme il raconte avec sa petite voix de grenouille et en se dandinant comme s’il voulait démarrer la danse des canards, sans passage par la case justice, il faut qu’il aille faire ça ailleurs car en France c’est interdit. Si on pouvait mettre en rétention ceux que nous jugeons, dangereux pour la France il faudrait y mettre rapidement le petit Nicolas qui, à force de faire des moulinets avec ses petits bras, va nous casser quelque chose !

261. Bateau sur l’eau. (1)
Couleurs de la France et des Français

Couleurs de la France et des Français

Repost 0
9 septembre 2016 5 09 /09 /septembre /2016 17:13
260. Deux bonnes nouvelles ! suivi de 'A disposition'

Je vous avais promis dans le numéro 258 une nouvelle…

Bientôt…. Sortie d’un nouveau livre …… « Mes aventures, Mésaventures d’un handicapé avec les gens normaux »

Ce livre reprendra des articles parus dans mon blog.

C’est pas beau ça !!!!

Les bonnes nouvelles n’étant jamais seul, je suis allé à l’hôpital de Denain pour un examen médical. J’ai eu droit à un bel accueil, de beaux sourires, de grandes explications et tout et tout ! ça réconcilie avec le milieu…

…………………………………………………………………………………………………...

A disposition.

Chaque semaine j’ai droit grâce à ma retraite complémentaire, à une aide-ménagère gérée par le CCAS de Valenciennes. 2 heures chaque semaine.

Il y a une semaine j’ai reçu le calendrier du mois de ces interventions. Habituellement c’est le lundi après-midi que quelqu’un vient laver ma petite maison mais cette semaine-là l’intervention était prévue pour le mercredi.

Evidemment, ce mercredi je devais recevoir chez moi le bureau de la Frat handicap pour une réunion…

Que faire ? si je téléphone et qu’il est possible de reporter l’intervention de l’aide-ménagère, c’est celle qui devait venir qui aurait deux heures de moins de travail.

Ce n’est pas la première fois que je suis mis devant ce dilemme. Je m’arrange pour être présent chaque lundi après-midi et patatras !

Les chefs et cheftaines du CCAS pensent que nous sommes à disposition, que nous ne bougeons pas de chez nous et qu’ils peuvent venir quand bon leur semble.

Finalement j’ai maintenu et la réunion et l’aide-ménagère. Il y avait de l’ambiance dans la maison où nous étions 14. J’ai rassuré l’aide-ménagère : qu’elle fasse ce qu’elle peut ; elle a bien sûr été invitée aux inévitables gâteaux accompagnés de cidre ou autre qui nous aident à une réflexion lucide et joyeuse.

Cette femme que je voyais pour la première fois devait faire les vitres et les boiseries. En effet depuis août 2016 le travail des aide-ménagères est découpé en rondelle. Par exemple elle doit prendre 1 heure ½ pour les vitres, ¾ d’heure pour les boiseries, ½ heure pour la literie…. Une organisation de dingue ! Ceux qui y ont pensé n’ont jamais travaillé de leur vie !

Je sais aussi que comme moi, ces aide-ménagères sont à la merci de leurs chefs dans les bureaux. Le matin par exemple, la femme apprend par téléphone qu’elle travaillera l’après-midi chez untel alors qu’elle devait être en repos et que ce repos est reporté au lendemain matin. Comment dans ces conditions organiser sa vie ? et celles qui ont des enfants paniquent à l’idée qu’on peut changer leur horaire dans l’heure qui suit !

Là encore, comme nous et plus que nous ! elles sont à la merci d’une organisation désorganisée, elles doivent être à disposition et toujours disponibles quel que soit le jour et l’heure.

Elles courent, elles courent ! Toujours courir ! Elles courent, elles courent, elles courent !!!!

260. Deux bonnes nouvelles ! suivi de 'A disposition'260. Deux bonnes nouvelles ! suivi de 'A disposition'
Repost 0
2 septembre 2016 5 02 /09 /septembre /2016 17:39
259. C’est moi le chef !

Quelqu’un me raconte :

« Je vais régulièrement voir une amie hospitalisée dans le service psychiatrie de l’hôpital de Valenciennes qui est à saint Saulve.

A chaque visite, nous buvons un café en mangeant de bons gâteaux que j’amène.

L’autre jour je me suis fait agresser par une infirmière que je n’avais jamais vue. Pas de bonjour, pas de demande d’information sur qui je suis par exemple, j’ai seulement eu droit à un ‘Qu’est-ce que vous faites ici ? vous n’avez rien à faire !’ demande et réponse en même temps ! que dire ?

J’étais bien dans les heures de visite, je pouvais donc être ici contrairement à ce qu’elle disait. J’ai alors tenté de lui répondre en racontant que je venais régulièrement rendre visite à mon amie, que nous buvions toujours ensemble un café décaféiné, bien sûr ; je n’ai pas le temps de terminer ma phrase. ‘Ce n’est pas autorisé, crache-t-elle, on ne doit rien introduire ici’

J’ai regardé désespérément un autre infirmier qui était derrière celle qui était en train de crier. Il a répondu à mon regard par un geste d’impuissance fait avec ses deux bras qu’il a à peine, soulevés.

J’ai proposé à mon amie qu’elle m’accompagne dehors pour me dire au revoir, comme si je capitulais devant tant d’inepties en si peu de temps.

Une fois dehors, nous nous sommes assises et avons bu tranquillement notre café.

Le lendemain j’ai téléphoné au service pour demander des explications. Celui qui m’a répondu m’a dit que rien était écrit sur la fiche de mon amie et qu’il était donc possible de lui amener des petites douceurs. Je lui ai expliqué pourquoi je téléphonais, il m’a rassuré en avouant que certains cadres étaient plus intransigeants que d’autres.

Voilà, a terminé mon interlocuteur, j’ai été victime d’un petit chef autoritaire qui a voulu s’affirmer sur notre dos et qui était peut-être jaloux de notre bonheur d’être ensemble, mon amie et moi. »

……………………………………………………………………………………………….......

Une amie handicapée vit une véritable torture sur son fauteuil. Elle ne supporte plus d’avoir tant mal à une fesse jusqu’au bout de la jambe. Elle ne sort plus et s’allonge le plus possible en cherchant une position où elle aurait moins mal.

En mars 2016 son médecin lui avait dit de prendre rendez-vous au centre antidouleur de l’hôpital. Le rendez-vous a été pris pour…septembre 2016 !

Les spécialistes de la douleur ne font aucune hiérarchie dans la douleur ; rien est fait pour détecter par exemple, celles et ceux qui ont le plus mal et ne peuvent plus attendre afin que ceux-là passent plus rapidement pour tenter d’atténuer leur souffrance.

Celui qui a dit :’Les grandes douleurs sont muettes’ n’a jamais souffert !

259. C’est moi le chef !
259. C’est moi le chef !
259. C’est moi le chef !
Repost 0
26 août 2016 5 26 /08 /août /2016 09:08

Et oui, l’été se termine, l’automne arrive et comme disait quelqu’un :

« O ! tonne ! O ! désespoir ! O ! vieillesse ennemie etc…

N’ai-je donc tant vécu que pour cette infamie ! »

A un mot près, ce sont des restes de mes petites études de français. Bref, c’est la reprise pour beaucoup et la continuité pour les autres.

Pour cette fin de vacances je vous mets un florilège de photos qui racontent une partie de mon été avec celles et ceux du quartier. De très bons souvenirs ! ça fait du bien de temps en temps.

Je commence par des photos rafraîchissantes, avec cette fin d'été brûlante, ça ne peut que faire du bien !

Dans le prochain article de mon blog, je vous promets une grande nouvelle (bonne elle aussi). J’espère que nous partagerons un moment de joie ensemble mais chut … à la semaine prochaine !

étang de Trith à Valenciennes

étang de Trith à Valenciennes

Gerry et Lucie du centre social Chasse Royale et organisateurs de ces moments.... Merci à eux !

Gerry et Lucie du centre social Chasse Royale et organisateurs de ces moments.... Merci à eux !

258. Vacances, fin…….
258. Vacances, fin…….
258. Vacances, fin…….
258. Vacances, fin…….
258. Vacances, fin…….
258. Vacances, fin…….
258. Vacances, fin…….
258. Vacances, fin…….
258. Vacances, fin…….
258. Vacances, fin…….
258. Vacances, fin…….
258. Vacances, fin…….
258. Vacances, fin…….
Surprise ! Il y a des vignes à Valenciennes et nous pouvons même (!) faire une dégustation !Surprise ! Il y a des vignes à Valenciennes et nous pouvons même (!) faire une dégustation !
Surprise ! Il y a des vignes à Valenciennes et nous pouvons même (!) faire une dégustation !

Surprise ! Il y a des vignes à Valenciennes et nous pouvons même (!) faire une dégustation !

Braderie dans une rue de la Chasse Royale. Un succès certain au moins le matin car l'après midi pluie, pluie, pluie ... et le lendemain c'était le début de la canicule !
Braderie dans une rue de la Chasse Royale. Un succès certain au moins le matin car l'après midi pluie, pluie, pluie ... et le lendemain c'était le début de la canicule !
Braderie dans une rue de la Chasse Royale. Un succès certain au moins le matin car l'après midi pluie, pluie, pluie ... et le lendemain c'était le début de la canicule !
Braderie dans une rue de la Chasse Royale. Un succès certain au moins le matin car l'après midi pluie, pluie, pluie ... et le lendemain c'était le début de la canicule !
Braderie dans une rue de la Chasse Royale. Un succès certain au moins le matin car l'après midi pluie, pluie, pluie ... et le lendemain c'était le début de la canicule !

Braderie dans une rue de la Chasse Royale. Un succès certain au moins le matin car l'après midi pluie, pluie, pluie ... et le lendemain c'était le début de la canicule !

Préparation des journées du patrimoine des 17 et 18 septembre 2016 sur le thème de l'hospitalité.
Préparation des journées du patrimoine des 17 et 18 septembre 2016 sur le thème de l'hospitalité.
Préparation des journées du patrimoine des 17 et 18 septembre 2016 sur le thème de l'hospitalité.

Préparation des journées du patrimoine des 17 et 18 septembre 2016 sur le thème de l'hospitalité.

Repost 0
19 août 2016 5 19 /08 /août /2016 16:10

Vous ici, je vous croyais zozo !

Eh oui ! j’ai risqué. Les risques étaient nombreux ; une visite de zoo à Maubeuge peut se terminer dans l’estomac d’un lion ou quelque autre animal, il aurait pu se faire aussi que je ne sois pas relâché vu mon pedigree…

Finalement après pourparlers je suis rentré chez moi et en plus sans morsure !

Belle et bonne journée avec les sympas chasseresses de la Royale avec lesquelles toutes les montées ou descentes, tous les sentiers ou chemins caillouteux ont été accessibles à mon fauteuil avec moi dedans !

257. Vacances tout risque.
257. Vacances tout risque.
257. Vacances tout risque.
257. Vacances tout risque.
257. Vacances tout risque.
257. Vacances tout risque.
257. Vacances tout risque.
257. Vacances tout risque.
257. Vacances tout risque.
257. Vacances tout risque.
257. Vacances tout risque.
257. Vacances tout risque.
257. Vacances tout risque.
Repost 0
12 août 2016 5 12 /08 /août /2016 06:25
seul ou avec? ensemble !
seul ou avec? ensemble !

Parfois nous lançons des mots, des phrases qui, vu la personne en face de nous, peuvent être pris à double sens et même peuvent faire mal sans que nous en ayons conscience, quoique…

Dans une rue quelqu’un en fauteuil roulant, cherchait à franchir une tranchée anciennement rebouchée mais elle faisait un creux sur toute la largeur de la rue. Les roues se bloquaient dans ce creux. Un quidam regardait béatement. Il s’est approché de la personne stoppée dans son avancée :

  • Il vous suffit de faire le tour par la rue à droite derrière vous pour contourner l’obstacle, fit remarquer le quidam astucieux.

Celui qui était dans son fauteuil regarda l’autre et haussa les épaules.

Que dire de ce fait ?

Au lieu d’indiquer une autre route qui faisait faire un grand détour, le quidam en question aurait mieux fait de prendre les poignées du fauteuil pour le soulever sur ses roues arrières et lui faire passer facilement l’obstacle.

Nous ne nous rendons pas toujours compte que des mots qui nous semblent anodins peuvent faire mal à la personne à laquelle ces mots sont destinés. Ils rappellent sans cesse la différence et le peu de cas fait de celles et ceux en fauteuil. La tranchée est mal rebouchée ? pas grave, les voitures passent quand même.

Mots petits pour les uns, gros mots pour les autres…

Une autre phrase lancée à la va-vite : je sors de ma voiture que j’ai garée sur un emplacement GIC. Quelqu’un passe près de moi, baisse sa vitre et me lance :

  • Vous avez de la chance vous pouvez vous garer facilement, vous !

Je n’ai pas eu le temps de répondre que je préfèrerais chercher une place pour me garer et avoir mes deux jambes ! Le brave type et son ânerie avaient accéléré l’allure et disparu.

Pour certains nous (les handicapés) sommes fatigants parce que toujours en train de réclamer. Il faut savoir que ce qui semble un petit problème sans importance pour des gens normaux est un gros problème pour des gens qui se déplacent en fauteuil roulant.

Par exemple, une barrière qui barre une rue pour empêcher les voitures de passer. Elle permet cependant aux piétons d’aller et venir car la barrière en question s’arrête de chaque côté lorsque les trottoirs commencent. Alors où est le problème ? en fauteuil c’est compliqué, excusez-nous ! L’espace pour piéton (le trottoir) est étroit et il nous faut jongler entre l’extrémité de la barre pour qu’elle ne nous rentre pas dans le flanc comme les lances du moyen-âge, avec le mur pour qu’il n’abîme pas la carrosserie du fauteuil ou notre propre carrosserie (la peau), sur le trottoir difficile à franchir parce qu’il fait pencher le fauteuil d’un côté ou de l’autre ce qui ne permet pas de bien diriger ce fauteuil basculant. Petit problème pour les uns, gros embêtement pour les autres.

Mais nous prenons cela en riant et nous passons en nous moquant des petits bobos. Les handicapés, des râleurs ? non, des rieurs ! et puis il faut dire qu’il y a beaucoup plus de gens qui aident que de gens qui regardent passivement ou se moquent.

Elle n’est pas belle la vie !

Pas pour tout le monde…

256 bis Dehors ou dedans ?

Témoignage dans un autre genre de handicap qui touche celles et ceux qui sont empêchés de vivre là où ils voudraient.

Nous vivons dans un monde de ouf. On empêche à certains le franchissement de notre frontière (Calais par exemple), au même moment on veut en obliger d’autres à franchir la même frontière !

Dans mon quartier il y a un couple de Kosovars. Ils sont jeunes, ont trois enfants de 8 ans à quelques mois. Cela fait plus de 4 ans qu’ils sont dans le Nord de la France, les deux grands enfants sont scolarisés dans une école toute proche et l’aîné est bien inséré dans le centre social. L’aîné parle très bien les deux langues, la cadette ne parle que le français. La plus jeune est née en France. Inutile de décrire le traumatisme pour eux s’ils quittent le quartier et la France ! Le père bien sûr ne peut travailler tant qu’il n’a pas de papier. La plus jeune bénéficie du droit du sol mais elle ne peut rester seule en France !!! (un droit du sol soudain remis en cause par Sarkozy. N’a-t-il pas bénéficier de ce droit pour être français ?)

Tout cela est balayé d’un geste méprisant et cette famille est expulsable à partir du mardi 16 août.

J’ai lu quelque part que la France lors des négociations européennes pour l’accueil des immigrés, avait promis d’accueillir 30 000 personnes. Elle en est a à peine 1 500…

Petit mot pour les uns, gros mot pour les autres !

Petit mot pour les uns, gros mot pour les autres !

Dehors ou dedans ? ensemble !Dehors ou dedans ? ensemble !

Dehors ou dedans ? ensemble !

256. Petits pour les uns, gros pour les autres.
Repost 0
5 août 2016 5 05 /08 /août /2016 18:07

Août 2016.... le soleil va-t-il montrer son nez ? un peu de repos mérité, un peu de détente indispensable, se trouver, se retrouver, parler, se parler, rire ensemble....

Jouer à la plage avec des mots, jouer avec les mots à la plage, c'est ce que je propose en espérant que c'est compréhensible sans prise de tête !

Un mage en nage sans âge ni bagage rage sur la plage

Les vagues nets embrassent puis effacent les traces

Les vagues draguent sans blague avec les dagues sur bagues

L’enfant défend son éléphant de sable qui piaffant fend l’océan et son néant

Coups de soleil sur DOs, barRE sur l’eau, sable sur Mie de pain, gros FAt sur plage, parasol sur SOL, LAs sur l’île de Ré, asSIs sur cul.

L’eau pioche des pioches dans ses poches et fauche sans pétoche les roches proches.

Le seau pas sot sur un tasseau regarde les vaisseaux et leurs vassaux pris au lasso.

La pelle pellète quand l’enfant l’appelle.

La pelle s’épelle comme pèle avec deux L.

Jeu de ouf ! si tu pouffes participe sans faire plouf !

255. Jeux de plage avec les mots.
Repost 0
28 juillet 2016 4 28 /07 /juillet /2016 07:08

Un homme est mort

Là-haut sur la colline

Suspendu entre ciel et terre.

Un homme est mort

Devant l’autel du sacrifice

Egorgé par la folie et la haine.

Des femmes, des enfants meurent

Dans le pays de leur père

Assassinés par de soi-disant vrais musulmans.

Des hommes sont morts

Dans un pays démocratique

Parce qu’ils parlaient de justice

Un enfant meurt chaque jour

Au pays de Gandhi

De faim, de travail, d’épuisement.

Des femmes meurent

Dans des pays proches ou lointains

En voulant prendre leur place

Un homme est mort

Là-haut sur la colline

Trahi abandonné, renié

Il est mort en criant :

« Aimez-vous comme je vous aime »

254. Un homme est mort.
Repost 1
22 juillet 2016 5 22 /07 /juillet /2016 16:43

J’ai eu la chance de passer mes vacances dans un département où on retrouve toutes les sortes de paysages semés dans la belle France.

Je vous offre en image mon périple. Je suis sûr que vous découvrirez dans quel département j’ai été me bronzer.

Vous verrez la mer, les plages, la campagne, la montagne… avec en prime la fête, la joie, l’amitié…

Du vert..

Du vert..

... de beaux lacs... de jolies montagnes....
... de beaux lacs... de jolies montagnes....

... de beaux lacs... de jolies montagnes....

...une campagne unique au monde...

...une campagne unique au monde...

...des plages au sable fin....

...des plages au sable fin....

... des fêtes, des fêtes....... des fêtes, des fêtes....

... des fêtes, des fêtes....

....et encore des fêtes!!!!!!!      ch'est le Nôôôrd....
....et encore des fêtes!!!!!!!      ch'est le Nôôôrd....
....et encore des fêtes!!!!!!!      ch'est le Nôôôrd....

....et encore des fêtes!!!!!!! ch'est le Nôôôrd....

Repost 0