Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
11 août 2017 5 11 /08 /août /2017 07:58

(info Orange)

Une mère de famille de 53 ans, sourde et muette, accuse les policiers du XVe arrondissement de Paris de l'avoir rouée de coups alors qu'elle venait rendre visite à son fils placé en garde à vue. La police dément les faits…

« D’après son avocate, les violences subies lui « valent une ITT de huit jours » (Le Figaro du 9.08.2017)

…La famille a porté plainte et saisi le Défenseur des droits. La police affirme que c'est la mère qui a adopté un comportement violent.

C'est sa fille, Yaafa, qui dénonce les faits sur Twitter. D'emblée, la jeune femme annonce qu'elle ne cherche pas "d'incitation à la haine" mais des témoins ayant pu assister à la scène afin d'apporter des preuves. Les faits se déroulent le 27 juillet dernier, devant le commissariat de la rue Vaugirard, dans le XVe arrondissement de Paris. Une femme est plaquée au sol et rudoyée par plusieurs policiers, sous les yeux de sa fille. 
Sur Facebook, Yaafa explique que sa mère, âgée de 53 ans, est sourde et muette. Toutes deux se rendaient au commissariat afin de voir son petit frère placé en garde à vue. "Ils n'ont pas supporté le ton de ma mère, à savoir que les sourds et muets n'ont pas la même voix que nous. Ils n'ont pas compris ça et d'office, se sont énervés. À ce moment-là, il y a quelques policiers qui sont venus autour de ma mère et l'ont attrapée", poursuit la jeune femme. Les policiers, "au moins cinq ou six" lui assènent "des coups de pieds". "Ils étaient tous autour et à chaque fois elle disait qu'elle ne pouvait pas bouger, ils essayaient encore et encore de la dégager", continue Yaafa.


La mère de famille est ensuite placée en garde à vue. Elle durera 30 heures. "Notre cliente a été confrontée à des conditions indignes de détention puisqu'elle n'a pas eu de notification de ses droits, pas d'interprète (langage des signes) assermenté au tout début de sa garde à vue. Donc elle n'était pas à même de comprendre ce qui se passait", regrette l'avocate de la famille, Maître Lucie Marius-Chassot. Le commissariat du XVe arrondissement nie les faits et précise que ce serait la mère de famille qui aurait été violente à leur égard. L'un des policiers a porté plainte.

Et maintenant plus gai :

« Un homme amputé d’une jambe voit ses amis débarqués chez lui pour couper haies et sapins dans son jardin. »

Cela s’est passé mardi 8 août 2017. Sans avoir rien demandé, un homme seul dans sa maison a eu la bonne surprise de voir arrivé chez lui des amis armés d’escabeau, de sécateurs, de coupe haie. Les amis en question (Martine et Michel) étaient venus dire bonjour à l’homme amputé (René). Ensemble ils avaient passé un moment sympa et s’étaient souvenus de bons souvenirs (Michel et René avaient travaillé ensemble comme fraiseurs). Ils avaient aussi parlé de l’actualité sociale, les deux amis étant militants et pourtant retraités, à la CFDT.

Sans que René ne leur demande quoi que ce soit, Martine et Michel sont donc arrivés deux jours plus tard pour faire une bonne tonte le plus court possible aux haies qui entourent le jardin de René. C’était mardi matin mais la pluie parfois forte, ne les a pas arrêtés !

Vous avez deviné que le René c’est moi at que les amis existent bien ! et habitent Douchy les mines. J’ai en effet travaillé comme fraiseur dans les ateliers des Houillères à l’époque, avec Michel et nous étions délégués CFDT du personnel et au comité d’entreprise. Je me souviens même que nous avions stoppé brutalement une réunion de section où nous préparions une rencontre avec notre patron pour aller à toute vitesse dans deux voitures, à la maternité car Martine expulsait son enfant bien au chaud dans son ventre ! Michel, perdu, ému s’était perdu dans la maternité si bien que nous avons vus son fils Nicolas avant lui !

C’est pas beau l’amitié !

 

Repost 0
4 août 2017 5 04 /08 /août /2017 07:53

Juillet… août…. Temps d’été…. Temps de détente…

Oui, se détendre ça fait du bien et ça permet de repartir ‘regonflé’.

C’est une chance que nous avons d’avoir le temps de prendre du repos alors ne craignons pas d’en profiter. Si nous ne le faisions pas ce serait une insulte faite à celles et ceux qui se sont battus pour que ce temps de vacances existe. Nous les insultons déjà en n’utilisant pas d’autres droits que nous avons (par exemple voter…) alors n’en rajoutons pas !

Pour participer à ce temps de détente, voici quelques photos que vous avez peut-être déjà vues par d’autres canaux, si c’est le cas, excusez-moi…. Merci.

307. Détente
307. Détente
Ciel ! le mari q'arrive !

Ciel ! le mari q'arrive !

Ciel,! Merci !  les pompiers arrivent !..De l'inconvénient de dormir tout nu....

Ciel,! Merci ! les pompiers arrivent !..De l'inconvénient de dormir tout nu....

De l'utilité d'un fauteuil handi.

De l'utilité d'un fauteuil handi.

Se garer, c'est de la rigolade!

Se garer, c'est de la rigolade!

pin -pompe; pin-pompe...

pin -pompe; pin-pompe...

C'est mignon comme tout !

C'est mignon comme tout !

307. Détente
Repost 0
28 juillet 2017 5 28 /07 /juillet /2017 06:30

Ma voisine est une personne d’environ 68 ans. Elle se déplace difficilement. Nous habitons (grâce à l’APL : remarque pour monsieur Macron !) depuis longtemps côte à côte et nous avons échangé nos numéros de téléphone au cas où…

Depuis quelque temps madame X. (ma voisine) tombe souvent dans sa maison. Sachant qu’elle ne peut compter sur moi pour la relever à cause de ma patte folle, elle a fait appel à un autre voisin auquel elle avait donné ses clés de maison et elle l’appelait lorsqu’elle était tombée.

Cela a duré quelque temps puis le voisin est venu me voir pour dire son embarras. Il travaille dans une supérette du quartier et il ne pouvait pas toujours se déplacer étant souvent seul dans la supérette.

J’ai alors téléphoné à notre voisine pour lui proposer de joindre le CCAS afin qu’une assistante sociale vienne la voir. Elle m’a dit son accord.

Je téléphone donc au CCAS pour raconter les problèmes de la voisine.

  • Quel âge a-t-elle ? m’a-t-on demandé.
  • Entre 65 et 70 ans.
  • Est-elle d’accord pour qu’une assistante sociale vienne la voir ?
  • Je vous ai dit qu’elle l’était.
  • Oui, mais pour nous il nous faut vraiment son accord.
  • Que voulez-vous que je vous dise de plus ? Si vous ne me croyez pas je n’en peux rien.

Notre conversation s’est terminée là, le CCAS me redisant de lui redemander si elle était vraiment d’accord !

Quelques jours plus tard, un dimanche à midi, le voisin qui bosse à la supérette est venu frapper à ma porte. Il me raconte :

  • Vendredi j’ai été voir madame X. elle était encore tombée. Elle m’a dit de la laisser par terre, quelqu’un devant venir la voir. Ce matin (dimanche) j’ai constaté que son volet de sa salle de bain n’était pas relevé (le seul qu’elle relève chaque jour, les autres restant toujours baissés). Ça m’a fait drôle et j’ai décidé d’entrer chez elle et je la revois par terre dans la même position que vendredi ! Je ne sais plus quoi faire.

Nous sommes allés chez la voisine ensemble. Et là, quel spectacle ! Madame X. était recroquevillée sur elle-même, dans ses excréments. Le sol était caché sous des tas d’aliments, de paquets de pâtes éventrés ainsi que des sacs poubelle. Des mouches partout.

Je m’exclame :

  • Vous êtes là depuis combien de temps ? On ne peut pas vous laisser comme ça !

Aucun son ne sortait de la bouche de la malheureuse.

  • J’appelle les pompiers.
  • Oh non ! dit-elle enfin.
  • Si, je les appelle, ça ne peut plus continuer ainsi, vous tombez de plus en plus souvent.

Et j’ai donc appelé les pompiers.

Ceux-ci sont arrivés quelques minutes plus tard. Ils ont aussitôt décidé d’emmener madame X. à l’hôpital.

Pendant que les pompiers désinfectaient leurs bottes et le matériel utilisé, j’ai demandé à leur chef de signaler l’état de la maison pour qu’un service vienne nettoyer la maison.

Quatre ou cinq jours après, rien n’avait bougé. J’ai alors tenté de joindre le bailleur par le numéro ouvert 24 heures /24 mais tous les postes étaient toujours occupés…. Je suis allé à la permanence du même bailleur. J’ai expliqué la situation. Le gars caché derrière son comptoir répond :

  • Nous ne pouvons entrer chez les gens sans leur accord.
  • Ma voisine est à l’hôpital, il faut en profiter pour nettoyer et désinfecter sa maison. Il y a des mouches partout et de la nourriture, il y a aussi des sacs poubelles ouverts qui vont attirer toute sorte de bêtes genres rats.
  • Nous n’y pouvons rien.
  • Et si des rats viennent chez moi ?
  • Alors là, nous pourrons intervenir chez vous.

 

Voilà. Nous en sommes là pour le moment. CCAS et bailleur sont lourds, très lourds à faire bouger. Ils ne peuvent intervenir comme ils disent, que si une catastrophe arrive. Les signes avant-coureurs, ils s’en moquent.  Tout le monde dit que mieux vaut prévenir que guérir, que ça coûte moins cher (je dirai que c’est surtout plus ‘agréable’ pour les personnes concernées et que ça éviterait la moitié des maladies ou des accidents au travail ou sur la route par exemple), oui, tout le monde le dit sauf le CCAS de Valenciennes et notre ‘cher’ nouveau bailleur « SIGH » (société immobilière grand hainaut)

306. Histoire de ma voisine.
Ma petite maison

Ma petite maison

Repost 0
21 juillet 2017 5 21 /07 /juillet /2017 07:19

Vacances. Tout le monde a droit à de belles et inoubliables vacances. Inoubliables, elles le sont pour une personne handicapée.

 

Lu sur les infos Orange :

 

"Le voyage d'une vie gâchée". Ce sont par ces mots très forts que la sœur de la victime résume ce qu'elle a vécu avec son frère lors de son vol avec la compagnie aérienne United Airlines.
 


Alors qu'elle partait avec son frère handicapé, atteint d'amyotrophie spinale, pour prouver au monde entier qu'il est possible de voyager même en étant handicapé, ils ont eu la mauvaise surprise de récupérer le fauteuil détruit.

"Voilà comment United Airlines accompagne les personnes en situation de handicap. Fauteuil détruit (37.000 €), voyage aux USA gâché. Honteux", a écrit la Française Lucie Duthion sur son Twitter, accompagné d'une photo. Le fauteuil qui pèse tout de même 250 kg avait fait le voyage dans la soute de l'avion, détaille Le Progrès qui a révélé l'histoire.

Une roue du fauteuil et le boîtier d'assistance ont été arrachés, la manette de conduite tordue, les vérins endommagés, autant d'éléments qui rendent donc le fauteuil totalement inutilisable. La compagnie aérienne propose alors de fournir un fauteuil de remplacement, problème : ce dernier n'est pas du tout adapté au handicap du passager. " Nous n'avions pas le choix d'accepter cette proposition après un ultimatum posé par la compagnie. Si nous refusions, nous devions signer une décharge stipulant que nous refusions l'aide de United Airlines et donc la prise en charge", explique la jeune femme au quotidien.

 


Le voyage a donc été complètement gâché pour Valentin, le jeune homme handicapé, par de multiples douleurs, puisque son fauteuil n'était plus du tout ergonomique ni adaptée à sa morphologie. "Malgré le fauteuil détruit et laissé à l'aéroport. Nous continuons notre chemin avec le fauteuil de prêt (même si Val ne peut pas le conduire et profiter à fond du voyage). On reste positif !", écrivent-ils sur leur page Facebook.

Pas d'inquiétude, il n'a pas été poussé ! Il a un parachute dans le dos !

Pas d'inquiétude, il n'a pas été poussé ! Il a un parachute dans le dos !

Repost 0
14 juillet 2017 5 14 /07 /juillet /2017 03:08

Sous l’ancien gouvernement le tiers payant n’était plus versé par le patient au médecin mais l’était directement par la Sécu.

A peine élus, les nombreux médecins ont déjà fait plier le nouveau gouvernement ! La ministre de la santé, madame Agnès Buzyn vient de suspendre la loi ancienne pour …. Réfléchir ! (une mise à plat a corrigé la ministre…ouaf, ouaf !) Il semble qu’il va y avoir aussi réflexion pour la reconnaissance de la pénibilité au travail, il est vrai que les nouveaux députés ne savent pas ce qu’est le travail pénible.

Revenons à nos moutons. Les médecins se plaignent de la paperasserie supplémentaire. En quoi ? tout se fait par la carte vitale. C’est le maintien du tiers payant qui fait des papiers supplémentaires pour le patient !

Une phrase rigolote de la fédération des médecins de France : ‘il n’est pas question que les médecins se transforment en banquiers pour tenter de récupérer leurs honoraires’. Tentation ou tentative ? et puis récupérer notre argent le plus vite possible, n’est-ce pas la façon de faire du banquier ?

Et les médecins de se réjouir et de féliciter la ministre « Nous remercions la nouvelle ministre de la Santé, Agnès Buzyn, d’avoir entendu l’opposition ferme et résolue des médecins libéraux à un tiers payant généralisé pour tous et pour tout » (Confédération des syndicats médicaux français) Ils vont lui décerner un stéthoscope d’honneur qu’elle pourra se mettre autour du cou comme une corde tirée par les vrais patrons du ministère de la santé !

Autre argument des médecins qui se veulent guérisseur de nos corps et nos esprits : ils craignent que nous n’ayons pas conscience du coût de la santé. Ils nous considèrent donc comme de pauvres cons et eux seraient les protecteurs de nos intelligences sous-développées.

Ont-ils, eux, conscience du trou de la sécu en demandant sans cesse (et en obtenant) l’augmentation du prix d’une consultation ?

Et leur esprit est-il libre lorsqu’ils acceptent sans vergogne des voyages somptueux offerts par les laboratoires (ou industries !) pharmaceutiques.

Le lobby médical a de l’avenir dans l’actuel parlement. ‘Nos’ députés vont avoir l’imagination fertile pour créer des lois qui prennent soin du personnel de la santé (pas n’importe quel personnel si vous voyez ce que je veux dire) et de leur porte-monnaie.

 

304. Coucou le revoilou !
304. Coucou le revoilou !
304. Coucou le revoilou !
304. Coucou le revoilou !
Repost 0
7 juillet 2017 5 07 /07 /juillet /2017 06:36

France 2. Journal de 20h. Dimanche 2 juillet 2017.

Il est question des trains. Ceux à grande vitesse et ceux du quotidien. Le journaliste parle des nouvelles lignes du TGV grande vitesse : Paris-Rennes ; Paris-Bordeaux. D’abord extase pendant de longues minutes puis le journaliste remet les pieds sur rail et pose une bonne question : et nos trains du quotidien ? ces petites lignes prises chaque jour par des tas de gens.

 (avec le nouveau tgv Paris-Rennes : adieu Chartres, Le Mans, Laval.) Petites lignes ? une façon de parler puisqu’elle transporte plus de 70% des voyageurs quotidiens.

Une autre question surgit de sous le crâne du journaliste : ces trains du quotidien sont en mauvais état et ça coûte cher de les entretenir (il oublie alors de redire le coût des lignes à grande vitesse).  Bref, il est compréhensible que leur état soit en cet état si je puis dire, vu l’état (encore un) des caisses (les comptes si vous préférez pour ne pas confondre avec les wagons) de la SNCF.

Et le journaliste d’énumérer ce qui coûterait cher si ces lignes du quotidien étaient remises aux normes et là, je cite : « les aiguillages, les voitures, les accès pour handicapés… »

Et top là ! ça passe comme une lettre à la poste. Sauf que. Lorsqu’on est handicapé on reçoit ça comme une baffe ! ça fait drôle d’être mis au rang des aiguillages et autres problèmes de la SNCF ! les voilà, les handicapés, encore considérés comme des gens anormaux qui ont un coût élevé pour notre pauvre société sans le sous sauf pour faire des centrales EPR qui ne marchent pas.

Homme handicapé, c’est un état (tiens ! le revoilà) comme être homme plus grand, plus gros, plus robuste, plus raide… que la moyenne.  L’important est qu’ils sont Hommes et non grands, forts, gros, handicapés, rapides… et tout ce qui est construit, inventé, mis en place doit être fait en prenant en compte la diversité des hommes et des femmes afin que tous et chacun profitent du génie humain.

Si refaire des aiguillages coûtent cher, les Hommes, eux, n’ont pas de prix quels que soient leur morphologie ou leur état (fallait bien terminer par lui).

 

Passons à autre chose, encore que….

Je disais tout à l’heure, commentant les mots du journaliste, ‘c’est passé comme une lettre à la poste’. A propos de lettre à la poste, ils s’en passent de belles à la poste de La Sentinelle. On continue, gentiment, silencieusement, de défaire les services sensés rendre service à tous les Hommes.

C’est ainsi qu’à La Sentinelle (qui porte bien mal son nom car elle n’a rien vu venir), près de Valenciennes, la poste ne sera plus ouverte qu’une demi-journée par jour. Pour les timbres, les colis etc. il faudra s’adresser à une supérette sur…. Valenciennes ! pas seulement changement de service public mais aussi changement de ville. Mais ce n’est pas de changement qu’il faut parler, c’est de disparition. Que ce soit la poste, la police, la santé, l’enseignement, les transports… heureux les riches ! ils bénéficieront toujours de services … personnels.

Que ce soit à la poste ou à la SNCF c’est le train-train quotidien !

303. Le train-train et la poste.303. Le train-train et la poste.
Repost 0
1 juillet 2017 6 01 /07 /juillet /2017 13:08
Repost 0
30 juin 2017 5 30 /06 /juin /2017 06:16

Il y a trois sortes de handicap + une : physique, sensoriel, mental et aussi social.

Dans le handicap social il y a l’exclusion de celles et ceux qui sont au chômage, qui sont migrants accueillis nulle part….

 

Au sujet de cette dernière catégorie, voici un article paru dans le journal « Libération » :

 

Calais : L’Etat rappelé à l’ordre

Par Sylvain Mouillard — 26 juin 2017 à 20:56

L’Etat va devoir mettre en place fissa des mesures pour venir en aide aux quelque 500 exilés qui tentent de survivre à Calais. Le tribunal administratif de Lille, saisi en référé par onze associations, a toutefois rejeté lundi la demande de recréer un centre d’accueil d’urgence. Il considère en revanche que des mesures urgentes sont nécessaires afin d’éviter que les migrants ne soient « exposés à des risques de traitements inhumains et dégradants ». Sous dix jours, il recommande la « création […] de plusieurs points d’eau et de sanitaires » et un « renforcement du dispositif d’accès à des douches, réservé jusqu’à présent aux personnes malades » avec l’obligation «de laisser les associations continuer à distribuer des repas ». La semaine passée, le ministre de l’Intérieur, Gérard Collomb, a tenu à Calais un discours très sécuritaire, à l’opposé du message d’« humanité » martelé par le chef de l’Etat. Par ailleurs, une délégation d’associations d’aide aux migrants a été reçue lundi à l’Elysée par la conseillère « réfugiés ». Elles ont demandé une « conférence nationale » sur l’accueil en vue d’un changement radical de la politique migratoire de la France. 

…………………………………………………………………………………….

Nous ne pouvons rester les bras ballants devant de telles situations. Ces femmes, ces hommes, ces enfants, migrants, réfugiés, immigrés… tous fuyant une situation qui n’est pas humaine dans leur pays sont autant femmes, hommes, enfants que nous ! Nous n’avons pas le droit de regarder, passifs, ces gens traités comme des sous-hommes, de les regarder disparaitre en mer ou dans des camps de transit encore plus indignes que les bidonvilles du temps de l’abbé Pierre. Que faire ? Simplement ce que nous pouvons faire à notre niveau. Dénoncer, s’indigner, participer aux mouvements qui existent grâce à des associations dont les membres n’ont pas peur de se mettre eux-mêmes en danger mais un danger bien moindre que celles-là et ceux-là qui sont sur des esquifs mortels. 

Un exemple parmi de nombreux autres : les cercles de silence qui se forment une fois par mois dans des villes de France.

Voici l’extrait d’un tract distribué lors d’un de ces cercles de silence qui ont lieu chaque premier vendredi du mois de 18 à 19 heures sur la place d’armes de Valenciennes : ce tract dit le pourquoi d’une telle action.

 

En tant que citoyens il nous revient de nous informer, de faire entendre notre point de vue, et d'interroger les responsables politiques sur leurs choix

 

Migrants ou non nous sommes tous, avant tout, des êtres humains qui doivent être traités avec dignité.

 

Alors soyons capables de faire preuve d'intelligence et d'audace pour imaginer et proposer des solutions d'accueil.

 

Oui nous pouvons être solidaires

 

Par notre Cercle de silence

Nous voulons signifier notre REFUS de Toutes les formes de rejet et d'exclusion,

         Nous disons NON au désespoir.

                   Nous affirmons qu'une Société d'accueil et de respect est possible

 

 

 

Porte de la Chapelle à Paris

Porte de la Chapelle à Paris

302. Comme des animaux.
302. Comme des animaux.
302. Comme des animaux.
Repost 0
25 juin 2017 7 25 /06 /juin /2017 20:48
Repost 0
23 juin 2017 5 23 /06 /juin /2017 05:49

Il n’avait pas de doigts

C’était des rayons de soleil

Quand il ouvrait sa main

C’était le soleil qui se levait

 

Il n’avait pas de jambes

C’était des arbres qui n’en finissaient plus

Quand il se levait

Il touchait le ciel

 

 

Il n’avait pas de pieds

C’était des nuages

Quand il marchait

Il ne laissait pas de trace

 

 

 

Il n’avait pas de bras

C’était des bouts de ciel

Quand il embrassait

Il enlaçait le monde

 

Il n’avait pas d’yeux

C’était des étoiles

Quand il les ouvrait

Il illuminait la terre

 

Il n’avait pas de bouche

C’était la lune

Quand il souriait

Il émerveillait les enfants

 

Il n’avait pas de nez

C’était un bouquet de fleurs

Quand il éternuait

Il embaumait les planètes

 

Il n’avait pas de cheveux

C’était une voie lactée

Quand il tournait la tête

C’était une pluie de lumière

 

Il n’avait pas de cœur

C’était une boule de feu

Quand il aimait

Il faisait brûler de joie….

301. Evasion…
301. Evasion…
Repost 0