Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
25 mai 2017 4 25 /05 /mai /2017 20:05

« Dis papa, comment tout cela finira un jour ?

Ça me fait peur ces grands qui jouent les sourds.

Il semble que la haine

Soit inscrite dans nos gènes.

Quartiers, villes, pays,

Continents. Partout la Paix est haïe.

L’homme est un guerrier,

On ne peut s’y fier.

Il rêve de guerre,

De ne croiser que le fer.

Celui qui n’a pas la même religion

Doit être éliminé, tel un pion ;

Celui qui n’a pas les mêmes idées

Ne finira jamais ridé !

 

J’ai vu à la télé fondre des glaciers.

J’ai écrit dans mon cahier :

‘Les océans vont déborder

Si les pôles sont dénudés.’

J’ai entendu aussi que se réchauffait la terre,

Alors on va rôtir comme au four le verre !

Et cesa forêts qu’on fait disparaître,

Ça va étouffer tout ce qui veut naître…

Lorsque je respire les pots d’échappement,

Mes poumons sont arrachés carrément !

Déjà l’air et les océans

Ne sont guère accueillants,

Les uns se révoltent, l’autre se raréfie,

Tsunamis et raz de marée s’amplifient,

Manque d’oxygène et d’air pur.

Respirer la vie est de plus en plus dur.

Et puis je pleure en voyant des enfants perdus

Dans les ruines de leurs maisons tordues ;

Les bombes font œuvre de mort,

Détruisent les villes, entassent les corps.

Dis, papa, qu’en penses-tu

De notre avenir qu’on tue ? »

 

« Tu as raison mon fils,

C’est leur fin que les hommes tissent.

Il faut laisser vivre son rythme à la terre

Si on ne veut pas qu’elle s’enterre

Dans un trou noir,

Eternel soir.

Les hommes devraient profiter de leurs différences,

Profiter de cette chance,

Pour rendre la vie variée et possible,

Eternelle comme promis par le Dieu de la bible.

Protéger notre environnement

Ne devrait pas être le mot d’un moment.

Vivre ensemble dans une paix juste et harmonieuse

Ne devrait pas durer le temps d’une prière pieuse.

Alors seulement naîtrait une fête heureuse,

Nature et homme partageraient une vie généreuse. »

 

« Dis, papa, tu crois qu’on y arrivera ? »

 

« Si l’estime envers la nature et l’homme est

Journalière,

Prioritaire

Sans frontière. »

« There will be an answer, let it be »

297. Dis papa….
cerf volant

cerf volant

Repost 0
19 mai 2017 5 19 /05 /mai /2017 06:06

J’ai rencontré plusieurs personnes qui avaient un coup de blues au sujet de leurs relations avec la MDPH (Maison Des Personnes Handicapées). J’ai déjà parlé de cette grande maison mais en parler ne résout pas les problèmes…

Les personnes rencontrées m’ont partagé leur blues et du coup ils m’ont mis dans la même ambiance qu’eux pour la même raison et pour d’autres aussi.

Nous ne savons plus que faire, nous parlons, nous parlons…. nous ne sommes pas écoutés.

Plutôt que de blablater, je préfère raconter ce qui se passe concrètement.

J’ai fait un courrier à la MDPH pour qu’elle sache comment sont reçues leurs façons de travailler. Voici ce courrier :

 

« Bonjour,

Je voudrai vous faire part de plusieurs réactions d'usagers suite à l'accueil et au suivi de leurs dossiers.

Ce sont des courriers dans lesquels a été oublié l'insertion de réponse (!) ou :

  • des réponses 'à tiroir' qui font faire des tas de démarches aux usagers et qui sont alors entrainés dans un tourbillon qui peut durer plusieurs mois sans avancée de leurs demandes,
  • des réponses du genre: 'vous n'avez pas de chance' quand une erreur est faite par la MDPH,

etc.

Je ne comprends pas ces genres de difficultés qui donnent l'impression aux usagers qu'on se moque d'eux. Certains dont la décision est pour une durée d'un an ou même deux ans, disent qu'à peine ils ont terminé les démarches qu'on leur fait faire pour un dossier, ils doivent faire un nouveau dossier pour la continuité de leurs droits.

Peut-être pourrions-nous en parler ensemble et éviter que des usagers ne fassent des dépressions par fatigue et désespérance ! »

 

Une autre cause de mon blues :

Le handicap sensoriel est l’objet de beaucoup moins d’attention que le handicap moteur. Pour ce dernier, des efforts réels sont faits pour que les personnes puissent se déplacer dans la rue, aller dans des lieux sympas ou visiter des monuments, des expositions, profiter des derniers films, aller au théâtre etc.

Par contre le handicap sensoriel, plus particulièrement la surdité, il est laissé de côté et même souvent moqué.

C’est ainsi que participant à des réunions régulières dans des lieux divers, je demande, là où les réunions se passent dans de grandes salles, que soit installée une sono.

Réponse : bof (ou baffle !)

Du coup j’ai bien envie de démissionner de tout puisque, inutile que je participe car la plupart du temps je ne sais même pas de quoi il est question…

296. Coup de blues.
Repost 0
19 mai 2017 5 19 /05 /mai /2017 06:04
Repost 0
15 mai 2017 1 15 /05 /mai /2017 11:44
Repost 0
lelièvre
12 mai 2017 5 12 /05 /mai /2017 07:17

J’ai mis deux petites étiquettes sur ma boite aux lettres. L’une pour dire que nos forêts sont plus importantes que le prix du vin rouge même en promotion. La seconde pour demander de laisser de la place pour le courrier que le facteur veut mettre dans la boite.

Et bien je suis au regret d’apprendre à nos chers hommes politiques que leurs papiers ne sont que de la pub.

Depuis que j’ai mis ces papiers sur ma boite pour la défense des forêts et celle du travail du facteur, je n’ai plus jamais les infos de la mairie ni les journaux zofficiels de Valenciennes métropole et de la région des Hauts de France…

Le dernier exemple est un papier de la mairie proposant un plan de circulation dans la ville après la fermeture de l’un des trois ponts qui permettent d’enjamber le canal de l’Escaut…. Lui aussi (le papier) est relégué au rang de vulgaire pub…. Je n'y ai donc pas droit.

La distribution de ces informations est confiée aux boites privées distributrices de pub et donc ces infos sont insérées et perdues au milieu des paquets de pub vantant les produits des super ou autres marchés, les voyances madame Y, les produits de beauté qui nous transforment en statue grecque, le passage du camion et ses outils de bricolage pour transformer votre maison en château filloniste etc.

Pour informer les citoyens il faut savoir y mettre le prix ; mettre par exemple du mousseux au lieu de champagne lors des cérémonies zofficiels et le tour est joué : payer pour nous informer devient possible !

295. Info-pub.
Pont Villars à Valenciennes

Pont Villars à Valenciennes

Repost 0
5 mai 2017 5 05 /05 /mai /2017 06:13

Une amie non-voyante a dû aller à la CAF de Valenciennes. Elle était bien sûr accompagnée de son chien.

Elle n’a pas franchie la porte que quelqu’un l’aborde presque avec rudesse en regardant le chien. Bien sûr, l’amie non voyante …ne voit pas (logique) la direction du regard de l’individu et pense qu’elle va être invitée à dire son problème. Mais le bonhomme la retient d’un bras et lui demande si elle a droit à ce chien qui l’accompagne.

« Montrez-moi votre carte » réclame-t-il.

« Bonjour monsieur, merci pour votre accueil. Sans doute voyez-vous que je ne vois pas et je ne dois pas être la seule de mon état à rendre visite dans cette maison, vous savez donc que ce chien est mon compagnon, un chien d’aveugle comme vous dites. Il suffit de vous pencher pour lire cette carte sur le harnais de mon chien »

Elle aurait aussi pu ajouter :

« Peut-être êtes-vous trop petit pour lire sur le harnais »

Le plan Vigipirate prend vraiment de drôles d’allures !

Et ce n’est pas la première fois que cela arrive dans cette CAF.

Fais gaffe à la CAF !

Déjà que nous n’y allons pas de gaieté de cœur, si en plus il faut justifier sa non-voyance et rappeler sans cesse les petits droits que nous avons ! 

Ce gardien du temple ferait mieux de guider et de renseigner celles et ceux qui sont obligés de visiter cette maison, à ce moment-là au moins, il justifierait dignement son salaire.

 

Repost 0
27 avril 2017 4 27 /04 /avril /2017 18:59

Dans le bureau de vote où je vais, tout va bien une fois dedans, le problème c’est dehors ! La rue n’est pas finie (j’espère car ça fait un moment qu’elle est dans cet état !). En fauteuil c’est tout un sport.

A force de rouler dans les rues ou le chemin vers le tram, mon fauteuil se dévisse de partout ; un de ces jours je vais me retrouver assis par terre ! j’imagine et ça me fait rire. Tout bouge, le siège, les accoudoirs, les repose-pieds et le reste…

 

 

 

 

 

 

293bis. Bourdes

 

Le monde du handicap est plein d'embûches !

Un candidat à la présidence de la France, a visité un hôpital pour aller à la rencontre du monde du handicap. Déjà là il faut pas avoir peur : tout seul devant un monde…. 1° bourde.Et devant un monde inconnu pour lui. Il ne faut en effet pas le connaître pour parler d'abord en termes de marchandises. (France inter 25 avril journal de 20 heures). Quel est donc son monde à lui ? 2° bourde.

Quelqu’un lui a alors donné un coup de coude dans les côtes, code signifiant qu'une grosse çonnerie a été dite. Le candidat se reprend et dit : il y a aussi bien sûr les patients. 3° bourde.

Il ne connaît manifestement pas ce qu’est la patience et il n'a toujours pas employé les termes pourtant les plus simples devant ce monde fait tout simplement d'enfants, de femmes et d'hommes. 4° bourde.

Et cerise sur le gâteau : l'entourage du candidat demande indulgence parce que celui-ci n'avait pas été conseillé. 5° bourde. En effet si il doit être conseillé pour parler d'abord à des hommes avant de parler marchandises, on a grand intérêt à ce qu'il le soit ( conseillé) de son lever à son coucher.

 

 

 

 

 

 

 

Quant à la candidate ça risque d’être encore plus rude puisqu’avec elles, des mondes vont carrément disparaître, particulièrement ceux qui ne sont pas comme notre monde à nous petits français.

Je ne voterai pas pour elle, c’est sûr mais nous somme tombés bien bas pour ne plus avoir que ces deux choix là !

J'ai eu la chance d'aller cette semaine dans l'Yonne dans une abbaye. Neige, forêt, ....
J'ai eu la chance d'aller cette semaine dans l'Yonne dans une abbaye. Neige, forêt, ....

J'ai eu la chance d'aller cette semaine dans l'Yonne dans une abbaye. Neige, forêt, ....

Repost 0
21 avril 2017 5 21 /04 /avril /2017 08:18

Décembre 2016.

Un homme se plaint deux fois en trois semaines auprès de son médecin :

  • J’ai violentes douleurs à la poitrine.
  • Ce n’est rien dit le toubib, c’est sûrement dû au stress.

Un peu plus tard, ayant encore des douleurs, plus fortes celles-là, l’homme va aux urgences de l’hôpital. Là, rebelote.

  • C’est le stress monsieur, ne vous inquiétez pas.

Aucun examen n’est fait aucune radio, aucune écographie.

 

Avril 2017.

L’homme se promène avec sa famille sur une brocante. Il y a un beau soleil. Les enfants sont heureux, ils sont en vacances.

Tout à coup l’homme s’écroule et le soleil avec lui. C’est le noir complet pour lui et ses proches.

Mort subite ?

Le fils arrache la chemise de son père et fait des massages presque avec rage. La rage de vivre. Quelqu’un le relaie au bout d’un moment. Les pompiers arrivent, l’un d’eux s’occupe du massage, un autre appelle le Samu, vu l’état de l’homme.

Le médecin tâte le pouls et se tourne vers le fils :

  • Vous l’avez sauvé.

 

Au moment où j’écris, l’homme est dans un coma artificiel et les médecins ne préfèrent pas se prononcer sur les séquelles après le réveil.

 

Bravo au médecin traitant et à l’urgentiste de service !!!! Ils n’ont pas voulu s’embêter pour ne pas dire un autre mot avec un cas embêtant, difficile et compliqué. Ils n’ont pas compris que la mort s’annonçait. Une fois de plus ils n’ont pas cru ce que leur disait un patient.

Brocante à la Chasse Royale août 2016

Brocante à la Chasse Royale août 2016

Repost 0
14 avril 2017 5 14 /04 /avril /2017 06:23

Anniversaire de la mort de Jésus. Vendredi saint comme disent les chrétiens. Pour cet anniversaire je vous offre ce poème :

 

De l’annonciation au calvaire.

 

Enfin ! Il est dans tes bras

Ton fils bien-aimé.

 

Tu caresses le visage tuméfié,

Tu embrases la plaie de son côté,

Tes larmes voudraient laver

Le corps où se mêle poussière et sang séché.

 

Tu lui parles comme au jour de sa naissance,

Tu lui pardonnes d’avoir continué malgré les risques,

Tu te souviens de son corps vigoureux

Tu aimais deviner ses muscles lorsque tu l’enlaçais.

 

Aujourd’hui corps flasque. Tu poses sur lui son bras

Qu’il ne pende pas lamentablement.

Et cette bouche tant regardée,

Elle prononçait des mots de vie

Que tu mettais dans ton cœur.

Tu les aimais ces mots

Même s’ils te faisaient peur parfois.

Il parlait, il encourageait,

Pourtant il les voyait

Les prêtres et les gardiens de la loi.

Ils écoutaient ! ils ruminaient leur vengeance.

 

Ce corps qui fut dans ton corps,

Tu le serres avec ta force de mère

Comme pour qu’il y revienne encore.

 

Marie au sourire triste,

Assez forte

Pour encore porter son fils ;

Assez croyante

Pour croire que l’histoire n’est pas finie ;

Assez humble

Pour garder confiance en la parole annoncée.

291. Vendredi avant Pâques
291. Vendredi avant Pâques
291. Vendredi avant Pâques
Repost 0
7 avril 2017 5 07 /04 /avril /2017 07:09

Notre belle Sécu ne ramasse pas les sous là où ils sont, la preuve, elle m’en pique à moi !

On dit que la Sécu est une vieille dame, ça ne l’empêche pas d’avoir une très bonne mémoire…

 

L’autre jour je vais chez le toubib comme d’habitude. Nous parlons de tout et de rien et avant que je parte, le toubib demande ma carte Vital, comme d’habitude. Une chance pour lui, je ne l’ai pas oubliée, pas comme d’habitude. Je lui donne, il la met dans son engin, comme d’habitude, il regarde son écran, enlève la carte, l’essuie sur la manche de sa veste, la remet dans son engin. Là, ce n’est plus comme d’habitude. Il regarde encore son écran et fait une mine dubitative ou perplexe c’est comme vous préférez.

  • Il n’y a plus rien sur votre carte, plus de prise en charge.

Je suis baba. Que dire ? Je ne lui ai rien fait à cette carte. D’habitude (?) je suis pris en charge à 100 % pour ce qui concerne mon joli moignon et l’artérite qui me va si bien.

Le toubib qui trouve une solution à tout me dit qu’il faudrait mettre ma carte sur une borne pour tenter de la recharger.

Je commence à me lever mais le toubib me fait rassoir en affirmant :

  • Ça fait 23 euros.

Je dois avoir une tête en forme de point d’interrogation car il rajoute :

  • Avec votre carte déchargée je ne peux pas être remboursé. Vous, vous le serez par la Sécu, ne vous inquiétez pas.

Je ne me rends même pas compte que mon médecin si sympa ne fait pas le tiers payant et je paye cash les 23 euros.

 

Je vais à la pharmacie trois jours plus tard et j’explique ce qui se passe avec ma carte Vital. La belle pharmacienne prend la carte et la met dans une borne de recharge.

Elle me dit que je dois recharger ma carte au moins une fois tous les quatre ans, c’est le temps de validité de la prise en charge à 100%. Je ne connaissais pas cette formalité et je fais remarquer à la belle pharmacienne, tout sourire dehors (la pharmacienne, pas moi) que la Sécu pourrait nous informer. J’ajoute :

  • J’ai reçu hier une lettre du garage pour me signaler que je dois passer à la révision (la voiture, pas moi). Au moins eux, ils préviennent !

 

Quelques jours après je reçois le remboursement de la visite chez le médecin. 15 euros sur 23 ! J’ouvre aussitôt mon ordi et vais sur le site Ameli de la Sécu. Là, j’ai l’explication. Madame Sécu la vieille, profite sournoisement d’un remboursement (j’en ai rarement car étant à 100% je ne paye pratiquement jamais) elle profite donc d’un remboursement pour cumuler et me faire payer les arriérés des participations forfaitaires. 1 euro pour avoir été à la pharmacie, 1 euro pour avoir pris un VSL, 1 euro pour etc.

 

Elle a de la mémoire la vieille !

 

Dans le monde médical c’est une manie de ne pas informer les principaux concernés.

Je connais quelqu’un qui a dû entrer à l’hôpital.

  • Pas d’inquiétude, ce n’est que pour deux ou trois jours, lui a-t-on promis.

15 jours plus tard il est toujours dans cet hôpital. Pourquoi ? Sa femme qui ne peut venir que l’après-midi alors que le médecin passe fièrement le matin, n’arrive pas avoir la moindre information…. Pourquoi 15 jours au lieu de 3 ? Le malade et sa femme se font plein de suppositions dans leur tête sans en parler ensemble pour ne pas effrayer l’autre.

Quel monde ! Le malade n’a pas le droit de savoir ce que devient sa maladie, secret de mandarin ! Savoir = Pouvoir……

Illustration de la découverte d’une interne dans un documentaire décrit au numéro 287 : ‘je ne savais pas que les malades étaient des personnes qui posaient des questions, s’inquiétaient, demandaient ce qu’il devenait…’

Heureusement, c'est le printemps !

Heureusement, c'est le printemps !

Repost 0

Présentation

  • : René Lelièvre
  • René Lelièvre
  • : personnes handicapées, personnes 'normales'.... rencontres, humour....
  • Contact

Recherche

Liens